Influence des aliments sur les symptômes de la fibromyalgie

Les douleurs peuvent être atténuées par notre les choix particuliers que nous pouvons faire dans notre alimentation. Certes, nous ne connaissons pas encore de manière irréfutable les causes scientifiques de cette maladie, mais des études tendent à prouver que certains nutriments permettent de diminuer cette amplification anormale de la douleur ressentie qui caractérise la fibromyalgie.

L’absence de gluten est-elle bénéfique ?

Plus qu’une tendance de mode, les régimes sans gluten peut jouer un rôle positif dans l’amélioration des signes et des souffrances chez les personnes souffrant de fibromyalgie. En sus de ces problèmes digestifs ou gastriques, d’autres manifestations désagréables comme la faiblesse anormale, le mal de tête, des paralysies partielles peuvent apparaître.
Une récente étude publiée dans la revue de langue anglaise Gastroenterology met en évidence une amélioration des symptômes tels que la maladie coeliaque, de Crohn ou encore le côlon irritable. Ainsi chez près d’un tiers des patients concernés par cette étude, supprimer le gluten s’est avéré bénéfique.
Les conséquences d’un tel choix drastique sont cependant nombreuses et difficiles à gérer car le gluten est partout : seigle, épeautre, boulgour, orge, et bien sûr le blé qui compose le pain, la farine, la semoule, les gâteaux, biscuits… Certains desserts aux fruits ou yoghourts sont également concernés. Il faut donc être particulièrement attentif lorsque l’on fait ses achats et bien lire les compositions des aliments choisis.

Aliments plutôt bénéfiques

Selon le site manger-bouger.fr il faut manger au moins 5 fruits et légumes par jour. Un site américain considère qu’il faut aller plus loin et absorber jusqu’à 9 portions de fruits et légumes quotidiennement. Pour bien choisir lesquels, l’astuce est particulièrement simple : prendre les plus colorés, comme le poivrons, les brocolis.
Il faut également opter pour les aliments les moins transformés possibles : riz brun complet, avoine, seigle, blé, quinoa, boulgour. Pour les personnes allergiques au lactose, évitez le lait et les produits laitiers. Limitez de même la viande rouge et préférez les produits de la mer, les légumes ainsi que la volaille. On peut aussi surveiller la vitamine D et si nécessaire en trouver dans son alimentation avec des poissons gras, de l’huile de foie de morue, du foie de veau ou du jaune d’œuf.

Aliments plutôt néfastes

On l’aura compris : il faut éviter les produits alimentaires transformés et aller au plus près de l’origine des aliments. Pour ce qui est du goût sucré, éviter l’aspartame et les plats déjà préparés. Surveiller son alimentation et compléter un carnet pour y noter ses repas puis les douleurs éventuellement subies après leur digestion aidera certainement à identifier les facteurs aggravants qu’il faudra éviter à l’avenir.

5 réponses sur “Influence des aliments sur les symptômes de la fibromyalgie”

  1. Bonjour, j‘ai une thrombose au mollet gauche et une fibromyalgie un peu patout. Muscle fessier droit avec fortes douleurs ! De plus j’ai des problèmes digestifs … malgré une cuisine équilibrée en légumes et produits frais… peu de viande… volaille surtout de temps en temps, poissons tels que saumon…
    en ce moment depuis 6 jours j’ai une diarrhée épuisante qui m’enlève tout appétit suivie de douleurs dans tout le corps.

    1. Bonjour, diagnostiquée fibromyalgique depuis + de 20 ans (en + de ma polyartrite et ma neuropathie). Des douleurs parfois infernales ! Collopathie, SII, douleurs chevilles, genoux, jambes, dos, bras partout jusqu’aux migraines, maux de têtes et souvent des envies de pleurer, dépressions, … je suis suivie au centre anti-douleurs. Ça fait du bien de parler de ses douleurs et son mal-être. Je prends antidépresseurs, valium, lyrica, laroxyl, Arcoxia, 4 dolipranes 100 et d’autres. Le Rivotril était bien mais interdit à présent. J’ai pris du Vioxx : maintenant interdit. Du Cimbalta : une horreur, j’étais une zombie descendue à
      32 kgs au lieu de mes 42kgs, toujours avec des douleurs. La balnéothérapie m’était devenue interdite (peur de noyade). J’ai arrêté d’un coup. Heureusement, je m’oblige à bouger même avec mes + grosses douleurs. J’ai toujours cette envie de me battre. Bouger fait du bien et empêche de s’enkyloser. Ça évite le cercle infernal : douleurs -> on ne bouge pas. On ne bouge pas -> douleurs et engourdissements. J’ai arrêté complètement la viande par conviction personnelle, et je me suis rendue compte que mes douleurs ont baissé. Je mange de belles assiettes colorées de légumes et de fruits, 2 yaourts maxi par jour, du bon pain, des produits bio, 2 fois du poisson par semaine, pas d’épices, quelques féculents bien sûr. De temps en temps de très bonnes pâtisseries. Un très bon déjeuner le matin depuis enfant : café, pain grillé avec beurre et confiture ou miel, un fruit, un yaourt. Un bon goûter à 16h depuis enfant. Voilà. Mais ya pas de miracle, je sais que le stress du travail me ronge : quand je suis en vacances les douleurs diminuent légèrement. Mais j’ai bientôt 61 ans et bien sûr avec l’âge ça ne s’arrange pas. Mais je compose avec. Il y a des moments où je me demande ce que je fais là. Heureusement mon fils est toujours présent pour moi. Ma belle-fille est adorable et je suis grand-mère depuis 4 mois : quel bonheur ! Et pour eux il faut que je ne me laisse pas aller. Je suis quelqu’un de dur avec moi-même. Je suis toujours apprêtée, maquillée. L’image a beaucoup d’impact sur le moral. Et je ne veux pas qu’on me plaigne et être la personne qu’on a pas envie de voir parce qu’elle se plaint. Alors voilà. Je veux être présente et profiter du bien-être de mes ami(e)s et famille. J’attends ma retraite avec impatience pour vivre avec moins de stress, grâce à ma famille et être bénévole pour les animaux. Eux aussi sont un remède contre le mal … voilà. Bon courage à toutes et tous

  2. Bonsoir
    Je suis contente de pouvoir lire votre ressenti
    J ai moi meme une fibromyalgie que je supporte depuis 3 ans ça a commencé suite à 2 chocs émotionnels
    Et puis j’ai fais un burn out
    Je suis encore sous TTT
    J ai du arreter de travailler et accepter cet état
    Je me suis repliée chez moi
    Plus d’envie réellement
    Mais douleurs sont sans cesse parfois par crises plus importantes
    Mes nuits sont courtes et la journée je suis épuisée
    Mais j essaye de surpasser cet etat
    Je travaille ds une asso pour la protection animale
    Je fais de la couture et de bonnes confitures
    Tout cela me permet aussi je l avoue d avoir une reconnaissance ce qui est tres important surtout quand on n est plus ds le monde du travail
    J etais aide a domicile au près de personnes âgées
    Bientôt 55 ans et je dois me surpasser
    Pour etre comme les autres
    Mes maux de têtes m epuise et je poids que j ai pris aussi
    Je fais attention a mon alimentation
    Je fais de la marche mais je ne perds pas de poids
    Bref j apprend a vivre avec mais je souhaite trouver une porte de sortie
    La douleur ne se voit pas et les personnes ne comprennent pas vos grimaces ou votre manque de motivations
    Mais pourtant la fibro est bien là et assombrit votre quotidien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *